Nos engagements

Français d’Amérique Ensemble – Le choix de l’Indépendance au service de l’action de terrain.

Environ 1,5 million de Français vivent à l’étranger. Nous sommes jour après jours de plus nombreux en Floride et le nombre de nouveaux arrivants ne cesse de croître. De l’Etat Français, nos compatriotes attendent davantage de soutien, de solidarité et de protection. Or, avec les gouvernements successifs de Droite et de Gauche, c’est la situation inverse qui s’est produite.

Les Français qui sont nés dans une famille expatriée ou qui ont fait le choix de tenter leur chance hors de France participent pleinement au rayonnement culturel et économique de la France.

Cette ambition pour un véritable service public à l’étranger s’inscrit dans leur aspiration à être considérés comme les Français résidant sur le territoire national.

La situation actuelle est intolérable car elle tend à faire des Français à l’Étranger des usagers de seconde zone.

Dans tous ces domaines et dans bien d’autres de notre vie quotidienne, il nous faut des Élus qui nous représentent fidèlement et  ne soient pas soumis aux dictats du parti qui l’a adoubé, parce qu’à ce jour tous les partis cherchent à imposer les Français de l’Étranger.

La mise en œuvre de la démocratie de proximité

L’Assemblée des Français de l’Étranger (AFE), a vécu. Cette assemblée qui réunissait 2 à 4 fois par an ses membres pour débattre de problèmes des Français de l’Étranger, a été réformée. Les travaux de cette assemblée de membres élus ont un impact minime sur la vie quotidienne des Français de Floride. Désormais, des Conseillers Consulaires, dont certains seront nommés à l’AFE, effectueront un travail sur le terrain, au plus près des expatriés.

Qui sont les Conseillers Consulaires et quel est leur role?

Les Conseillers Consulaires sont élus pour six ans et seront membres des Conseils Consulaires nouvellement créés. Aux Etats-Unis, on compte 9 circonscriptions, celle de Floride étant composée de 4 Conseillers dont 1 Délégué Consulaire.

Les missions qui leur sont confiées par les textes de loi sont les suivantes :

  • Émettre des recommendations auprès des Autorités Françaises à l’étranger sur les questions d’intérêt général concernant les Français expatriés, et en particulier dans les domaines de l’éducation, le social, l’économie et sur les questions de sécurité;
  • Représenter les Français expatriés de Floride, défendre leurs intérêts, faciliter leurs démarches auprès des instances françaises;
  • Assister aux Commissions Consulaires (Bourses, Comité Consulaire pour l’Aide et la Protection Sociale, Commission consulaire pour l’emploi et la formation professionnelle, Comité de Sécurité…);
  • Répondre aux questions des Français de la circonscription, transmettre si besoin leurs demandes et les orienter vers les services compétents;
  • Relayer et diffuser des informations sur tous les sujets intéressant les Français de l’Étranger;
  • Être en liaison directe avec les 11 Députés et les 12 Sénateurs des Français de l’Étranger,
  • Élire, avec les Délégués Consulaires, les Sénateurs des Français de l’Étranger.

Le 24 Mai prochain, les Français de Floride auront donc l’opportunité d’élire des femmes et des hommes soucieux de changer la donne, compétents, jeunes, efficaces et déjà très présents sur le terrain parmi la communauté Française.

Des Conseillers Consulaires élus PAR et POUR les Français de Floride

Les Français de l’Étranger installés en Floride souhaitent un véritable projet construit par eux, avec eux et pour eux, et pas quelque chose au service de partis politiques qui sont tous en échec dans l’hexagone.

Ils espèrent des Élus qui les connaissent, qui sont parmi eux depuis longtemps, qui leur ressemblent, qui font face aux mêmes difficultés et partagent leur quotidien.

Dans cette campagne, la liste de Français D’Amérique Ensemble est la seule à être complètement indépendante, et nous permet de proposer un plan d’action efficace, sans aucune entrave et sans devoir être aveuglément aligné sur un programme politique élaboré dans des salons parisiens à plusieurs milliers de kilomètres de la réalité du terrain.
Notre projet est donc basé à la fois sur une étude des besoins menée auprès des Français de Floride ainsi que de notre quotidien d’expatriés. Il s’attache à répondre aux difficultés que nous rencontrons, à nos attentes et aux services que nous sommes en droit d’attendre de l’État Français.

Notre programme d’action s’articule autour des propositions suivantes :

  • Le choix de l’Indépendance, une liste d’Union pour rassembler les talents

  • Une meilleure représentation des Français de l’Étranger

  • Défendre la Citoyenneté et vos Droits

  • Consolider l’enseignement du Français en Floride

  • Adapter le service public consulaire aux attentes des citoyens

  • Développer la protection sociale et garantir l’accès aux services publics

  • Accompagner le Retour en France

  • Soutenir les Entreprises, accompagner efficacement les porteurs de projet

  • Faciliter le déroulement des carrières à l’international

  • Relancer et organiser l’action Culturelle Française en Floride

  • Accompagner la Jeunesse à la mobilité internationale

  • Créer un véritable réseau de Solidarité

  • Proposer des mesures de Sécurité efficaces en cas de catastrophes naturelles

De plus, les membres de la liste Français d’Amérique Ensemble, s’engagent à :

  • Résider de manière permanente en Floride,
  • Constituer un contact permanent entre les Français de Floride et :
    • les services consulaires locaux
    • le réseau diplomatique, pédagogique et culturel français aux Etats-Unis
    • L’AFE et les Commissions consulaires
    • Le Député des Français de l’Étranger en Amérique du Nord
  • Être à disposition des Français de Floride et se déplacer régulièrement dans les principales villes de la Circonscription, notamment dans le Centre, au Nord et à l’Ouest de l’État,
  • Conserver notre liberté de paroles et nos choix d’action.

Le choix d’une campagne électorale transparente et éthique :

  • Nous nous engageons à rester à l’écoute de tous les Francais de Floride, quelque soit leur orientation politique,
  • Nous mènerons une campagne avec un budget raisonnable, d’autant plus que nous sommes autofinancés,
  • Nous publierons toutes les 2 semaines l’état de nos comptes de campagne.

Une liste d’union d’abord au service des expatriés, plutôt qu’au service de partis politiques Français
Très actifs sur le terrain, nous mettrons notre énergie et notre pragmatisme au service des Français de Floride, tout en défendant vos droits et vos opinions auprès des services consulaires et de l’AFE.

Beaucoup d’entre nous ont fait le choix ou le pari de s’installer aux États-Unis, dans une région magnifique, où nous tentons de créer notre propre rêve américain. En France, beaucoup s’imaginent que tout est simple de l’autre côté de l’Atlantique. Ils ne retiennent que les paysages de carte postale et la liberté d’entreprendre, mais la réalité est bien différente, le chemin jonché de difficultés qui sont d’autant plus difficiles à surmonter en cette période de crise économique mondiale.

C’est pourquoi, il est vital que nous soyons représentés par des Conseillers Consulaires qui ont pleinement pris conscience de cette réalité et qui sauront vous défendre en toute connaissance de cause.

Bien souvent, les programmes politiques ne sont que des listes de promesses qui disparaissent après les elections. Pour nous, les choses sont différentes, puisque nous sommes d’ors-et-déjà en train de mettre en place certains de ces projets.

Agitateur d’opinions, nous solliciterons nos représentants consulaires à chaque fois que cela sera nécessaire et sur tous les sujets qui s’imposent.

Nous voulons encourager la réussite des Français de Floride et être une voix juste et indépendante, sans favoriser les clivages politiques.

Les limites de l’exercice

Nous vous devons la vérité. Les Conseillers Consulaires ne seront pas capables de résoudre tous les problèmes de la communauté Française de Floride, mais contribueront à trouver des solutions pour les principales difficultés que nous rencontrons tous.

Le sens de notre candidature est clair. Nous souhaitons exercer un mandat de proximité, une action de terrain à votre service, à l’écoute de vos besoins.

Nos propositions, notre approche

Depuis des années pendant lesquelles nous résidons en Floride et que nous parcourons les villes de la circonscription pour des raisons professionnelles en travaillant avec des entreprises locales ou des institutions, nous avons rencontré et échangé avec de nombreux expatriés francais,  des salariés, des chômeurs, des étudiants, des retraités, des employés de la fonction publique, des mères au foyer ou chefs d’entreprises et des porteurs de projets.

De ces multiples rencontres et échanges, nous avons mené une première réflexion sur de nombreuses thématiques.

Pendant les mois qui ont précédé la campagne, nous sommes allés à votre rencontre pour vous écouter, dialoguer, échanger nos idées et ainsi enrichir ce projet. Cette campagne est démocratique et basée sur la collaboration.

De Jacksonville à Pensacola, de Tampa à Sarasota et Naples, de Palm Beach à Miami, nous sommes allés à la rencontre des Français de la circonscription.

Retour en haut de page

Le choix de l’Indépendance, une liste d’Union pour rassembler les talents

Les Français de Floride ne sont pas dupes. Ils souhaitent être représentés par des expatriés qui les connaissent et leur ressemblent, par une équipe de terrain qui a su démontrer son engagement par ses activités bénévoles depuis de nombreuses années, en tendant la main, en ouvrant leur carnet d’addresses, en accompagnant les nouveaux arrivants, en mobilisant les réseaux locaux pour venir en aide à ceux qui en ont besoin…
Pour autant, les principaux partis politiques français sollicitent ici, à des milliers de kilomètres de la France, le suffrage de chacun d’entre nous. Leur bilan en France au cours de ces 30 dernières années est désastreux. Qu’en est-il de leur action locale ? Quel est leur bilan ? Avez-vous déjà entendu parler de l’AFE et de son action en dehors de périodes électorales…? Le verdict est sans appel, voter pour ces partis politiques, c’est voter pour une élite et une inefficacité qui ressemble en tous points à celle d’aujourd’hui.

Or, des listes composées de représentants locaux des partis politiques Français ont été deposées dans notre circonscription alors que ces mêmes partis sont dans une situation d’échec majeur en France. A noter également que certains des membres de ces listes siègent déjà à l’AFE et dont l’efficacité reste encore à prouver. Ce ne sont pas les mandats de Conseillers Consulaires qui les intéressent mais ceux de Sénateurs qui seront ouverts aux Élus AFE. Chers compatriotes, ne nous y trompons pas, seule la liste de Français d’Amérique Ensemble œuvre dans votre intérêt et dans votre intérêt seulement.

Afin de tromper les électeurs sur leurs véritables motivations, rien ne semble trop gros.

Citons par exemple ces grandes associations qui se disent au service des expatriés français mais qui ne sont finalement que des antichambres des deux partis majoritaires français, et qui mobilisent toutes leurs forces pour faire elire des représentants de leur camp. Encore plus aberrant, ces associations enregistrées comme d’utilité publique recoivent des financements publiques car considérées comme apolitiques !!! Une fois élus Conseillers Consulaires, nous utiliserons notre mandat pour informer les plus hautes instances de cette manipulation honteuse de la démocratie et faire stopper ces dépenses publiques au profit d’organisations réellement indépendantes.

Français de Floride, ne vous laissez pas abuser par les étiquettes politiques, les candidats sans projet et sans scrupules, dont vous n’entendrez plus jamais parler dans notre circonscription après l’élection.

Notre projet est celui des Françaises et des Français de Floride.

Notre approche de ce mandat d’Élu local consiste à :

  • Être disponible;
  • Être à l’écoute et favoriser le dialogue;
  • Relayer vos idées et besoins;
  • Élaborer des solutions avec tous les acteurs locaux possibles;
  • Travailler en équipe;
  • Se rendre sur le terrain autant que possible;
  • Déléguer, s’appuyer sur un réseau d’acteurs locaux dynamiques et prêts à s’engager à nos côtés;
  • Dégager les grandes orientations et les projets nouveaux ;
  • Consacrer tout le temps nécessaire à la gestion des dossiers ;
  • Être présent et force de propositions lors des réunions consulaires;
  • Utiliser les nouvelles technologies pour la diffusion de l’information;
  • Rassembler et faire travailler ensemble tous les talents;
  • Respecter toutes les opinions et sensibilités.

Retour en haut de page

Mieux représenter les Français de l’Étranger

Déjà lors de la dernière campagne présidentielle, les partis politiques français majoritaires n’ont eu de cesse de chercher des boucs émissaires aux difficultés de la France. Dans cette liste sans fin, voilà que sont apparus les Français de l’Étranger. Présentés comme des exiles fiscaux, nous avons assisté à une surenchères de propositions ayant pour traits communs de justifier la mise en place d’une taxation qui serait liée à la notion même de citoyenneté.

C’est donc avec cette volonte claire de valoriser l’image des Français de l’Étranger, en cassant les clichés et en démontrant notre capacité à nous organiser et à être de véritables ambassadeurs de la France au quotidien, que nous nous sommes lancés dans cette campagne.

Pour la plupart d’entre nous, la représentation des Français de l’Étranger n’est pas très claire et le bilan de nos Élus pose également question. Alors que nous avons désormais un Député des Français de l’Étranger, des Sénateurs et des Conseillers des Français de l’Étranger siégeant à l’Assemblée des Français de l’Étranger (AFE), voici désormais l’Élection de Conseillers Consulaires.

Notre liste souhaite participer à la redéfinition du rôle de l’Assemblée des Français de l’Étranger dont vous n’entendez parler qu’au moment des élections pour qu’elle devienne, en s’inspirant des collectivités locales, une instance décisionnelle et non plus seulement consultative, avec des compétences concrètes au service des Français de l’Étranger sur des thèmes spécifiques (éducation, aides sociales, retraite,….).

Nous proposons également de développer la francophonie en Floride. Forts de toutes les communautés francophones de Floride, sans bien-sûr oublier nos amis de Puerto Rico et tous les francophones des Caraïbes, nous avons l’opportunité de créer un reseau et une force politique, économique et culturelle de premier plan sur notre territoire.

Retour en haut de page

Défendre la Citoyenneté et vos Droits

Environ 50% des 2 millions de Français vivant à l’étranger et qui sont inscrits auprès des consulats possèdent la double nationalité. Cette richesse inexploitée, ce lien entre la France et le reste du monde, est aujourd’hui devenu, pour certains politiques Français, un gadget que l’on peut arbitrairement remettre en cause.

En Mai 2011, une proposition de loi du Député UMP Édouard Courtial, incluait un amendement visant à déchoir des expatriés sans domicile fiscal en France de leur nationalité française. Idée reprise de Jérôme Cahuzac alors Député du PS qui propose le premier de lier citoyenneté et fiscalité et donc de remettre en cause cette notion jusque-la inaliénable.

Afin de préserver et consolider les droits des Français de Floride, nous nous engageons à :

  • Veiller au respect des droits des citoyens notamment binationaux ;
  • Militer pour le maintien sans condition de la nationalité française aux enfants nés à l’étranger de parents français ;
  • Faciliter la délivrance des documents administratifs (passeport, état civil) par un accès élargi des horaires des consulats et en proposant des rendez-vous avec les services consulaires une fois par mois dans chaque grande ville de Floride;
  • Garantir une fiscalité équitable, en refusant la double imposition des Français de l’Étranger;
  • Garantir les droits à la retraite en France et faciliter l’accès à l’information et à la simulation des droits;
  • Travailler sur l’assouplissement des demandes de documents en matière de nationalité;
  • Demander au Député des Français de l’Étranger de déposer un projet de loi visant à inscrire dans le code civil le principe selon lequel tout Français qui possède une carte nationale d’identité sécurisée n’ait pas à justifier leur nationalité lors d’un renouvellement d’un titre d’identité.

Français à part entière, ne laissez personne faire de vous des citoyens français de seconde zone.

Retour en haut de page

Consolider l’enseignement du Français en Floride

L’éducation est l’une des priorités du gouvernement actuel. La réforme des rythmes scolaires, ou encore refondation de l’école de la République se sont traduits par d’importantes augmentations du budget pour l’éducation et par la création de milliers de postes d’enseignants supplémentaires.

A l’étranger, c’est le phénomène inverse que nous avons pu observer. La prise en charge des frais de scolarité pour l’ensemble des lycéens français à l’étranger, a été supprimée pour plus d’égalité entre les élèves et remplacée par des bourses scolaires. Le montant des aides a été revu à la baisse et la transition fut plus que cahotique, ne laissant pas suffisamment de temps aux familles pour s’informer et faire les démarches.

Il est nécessaire d’établir une éducation gratuite ou à bas coût dans les écoles françaises pour toutes les années d’études pour les enfants des citoyens français à l’étranger, comme cela serait le cas en France. Les Français de l’Étranger sont une extension vitale pour l’économie et la culture française, ils sont les ambassadeurs de la culture et contribuent au développement des entreprises françaises à l’étranger. La langue française est un vecteur fondamental de ce rayonnement. Il est aussi nécessaire que les Français à l’étranger aient la possibilité de réintégrer leurs enfants facilement dans le système scolaire français s’ils souhaitent un jour revenir en France.

Cette école de France et de la République à l’étranger doit être en mesure d’accueillir tous ses enfants dans des conditions matérielles dignes et avec la qualité qui lui est unanimement reconnue.

Nous considèrerons donc les questions d’éducation comme prioritaires et nous proposons les actions suivantes :

  • Développer l’accès à l’enseignement du Français en Floride;
  • Réformer le système de bourses pour une meilleure prise en compte du niveau de vie réel aux Etats-Unis et augmenter le plafond du patrimoine pris en compte qui exclut de fait une grande partie des Français de Floride;
  • Se battre pour garantir l’accès et la réévaluation du système de bourses, chaque année, en fonction des évolutions locales. La prise en charge à partir du lycée ayant été supprimée;
  • Étendre les programmes FLAM (Langue maternelle Française à destination des 5-15 ans) pour favoriser l’apprentissage du Français en aidant au développement d’outils spécifiques : programme commun, guide, infrastructures, etc;
  • Développer les programmes de partenariat avec les autorités locales;
  • Favoriser le retour en France en développant les programmes et écoles bilingues en France et la reconnaissance du baccalauréat international;
  • Accroître les capacités d’accueil des établissements, afin de favoriser l’accès à l’enseignement français et le rayonnement de notre culture;
  • Développer des filières locales de 2nd cycle du secondaire dans les établissements français;
  • Définir un statut unifié de « Professeur à l’étranger » pour les titulaires de l’Éducation Nationale;
  • Mobiliser le Député des Français de l’Étranger et militer contre l’augmentation importante des tarifs pratiqués par le Centre National d’Enseignement à Distance (CNED).

Retour en haut de page

Faire rayonner l’éducation Française

Favoriser l’accès à l’enseignement français : en incluant tous les partenaires (parents, lycées français, éducation nationale locale, Alliance Française, CNED, entreprises, etc.) de manière pragmatique, trouver des solutions locales au cas-par-cas et dans le consensus.

  • Améliorer la reconnaissance internationale des diplômes délivrés en France et la reconnaissance en France des diplômes étrangers;
  • Réformer l’AEFE (Agence pour l’Enseignement du Français à l’Étranger) pour assouplir la gestion du réseau d’enseignement français à l’étranger et faciliter la réalisation d’un programme d’investissement ambitieux;
  • S’appuyer sur les réseaux d’anciens élèves de l’enseignement français à l’étranger pour développer l’influence de la France.
  • Une politique déterminée en faveur du développement de la langue française et de la Francophonie;
  • Encourager le développement de solutions alternatives et complémentaires pour un accès plus large aux cours de Français, telles les classes d’immersion ou les classes bilingues dans les écoles publiques latino-américaines ou encore les programmes FLAM pour les binationaux;
  • Faire une priorité de la défense et de la promotion du réseau local des alliances françaises, un héritage historique qu’il faut faire fructifier;
  • La fusion de l’AEFE (Agence pour l’Enseignement du Français à l’Étranger), du CNED (Centre National d’Enseignement à Distance) et de l’Agence Campus France en un Rectorat de l’Enseignement Français à l’Étranger, sous la co-tutelle du Délégué Interministériel France – Monde et du Ministère de l’Éducation Nationale;
  • Développer les outils d’enseignement en ligne : nous voulons que tous les programmes de l’Éducation Nationale soient accessibles à tous les expatriés, gratuitement et en ligne, des classes primaires à l’Université;
  • La création de programmes pédagogiques sur TV5 Monde, France 24 et RFI;
  • La mise en place de jumelages et d’échanges scolaires entre établissements français en Floride et en France.

Retour en haut de page

Adapter le service public consulaire aux attentes des citoyens

Modernisation du service consulaire

Vous êtes très nombreux à nous signaler les difficultés administratives rencontrées par les Français de l’Étranger. Obtenir un simple extrait d’acte de naissance français ou encore le renouvellement de son passeport, en Floride, notamment en dehors de Miami, peut parfois se révéler être un veritable parcours du combattant.

Ce sont des services publics de plus en plus lointains, privés de moyens financiers et humains, avec des démarches toujours plus longues, sources de frustration pour les usagers et les personnels, qui se multiplient.

Le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite met en danger les services apportés aux Français établis à l’Étranger. Les personnels travaillant pour ces services publics voient leur situation se précariser. Or, les consulats sont l’équivalent des mairies.

Le 27 mars 2013, la Ministre déléguée chargée des Français de l’Étranger Hélène Conway-Mouret a présenté en Conseil des Ministres un plan de modernisation du service public consulaire. Il s’agit d’adapter le réseau consulaire aux besoins des communautés françaises de l’étranger, en utilisant au maximum les nouvelles ressources technologiques, afin de faciliter les démarches administratives et la mission de service public. Ces mesures feront l’objet d’une mise en œuvre progressive, dont les modalités seront annoncées au fur-et-à-mesure par le Ministère des Affaires Étrangères.

Il faut bien sûr faire évoluer le dispositif en utilisant les moyens de l’internet et les potentiels de mutualisations aux États-Unis. Pour autant l’application de ces moyens doit être raisonnée et adaptée au contexte démographique, géographique et social dans chaque pays. Par exemple, les personnes âgées isolées en Floride peuvent-elle vraiment faire leur démarche et prendre leur rendez-vous consulaires par internet ?

Nous sommes donc très attentif à ce dossier que nous suivons de très près et qui va dans le sens de nos propositions :

  • Proposer une information claire, complète et accessible sur tous les aspects de l’expatriation et du retour en France (éducation, droits sociaux, retraite, démarches et documents administratifs, etc.) et à travers tous les supports de communication;
  • Développer un consulat en ligne offrant l’ensemble des services consulaires, afin de rendre l’administration encore plus accessible aux citoyens. Nos concitoyens n’auront ainsi plus à parcourir de nombreux kilomètres pour effectuer leurs démarches administratives;
  • Renforcer les tournées consulaires avec des fréquences plus régulières et l’équipement de « valises mobiles » permettant l’établissement des passeports biométriques;
  • Instituer des horaires élargis (comme le week-end);
  • Créer un service public de l’aide à l’expatriation et au retour en France, rassemblant autour de la Maison des Français de l’Étranger l’ensemble des acteurs publics et privés impliqués dans les projets internationaux des citoyens.

Créer un réseau d’assistance consulaire de proximité

  • En aidant les familles lors de nos permanences mensuelles dans les Consulats ou dans les villes de Floride;
  • En instaurant un service de conseil juridique gratuit pour les Français de Floride (problèmes avec les administrations françaises, législation américaine du travail, droit privé americain);

Retour en haut de page

Garantir un traitement fiscal équitable aux Français établis hors de France

Les récentes propositions sur « l’exil fiscal » ont brouillé les frontières. L’UMP comme le PS ont tous deux indiqué leur intention de faire remplir une déclaration fiscale à tous les Français établis hors de France afin de déterminer qui est un exilé fiscal et qui est un expatrié en règle. Les immenses complexités techniques de cette mesure imposeront à chacun d’entre nous d’épuisantes et bureaucratiques procédures avec le fisc français dont on connait l’efficacité dès qu’il s’agit de résoudre un problème.

Plus fondamentalement, la fiscalité n’a jamais été dans l’histoire de notre République, liée à la nationalité. Dans la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, l’impôt est explicitement lié à « l’entretien de la force publique » et aux « dépenses d’administration », autrement dit à la gestion du pays et des services publics. C’est une approche pragmatique : les étrangers sur notre sol payent des impôts à l’État Français pour bénéficier de ses services, tandis que les Français partis vivre à l’étranger font de même vis-à-vis de leur État d’accueil. On paie des impôts là où l’on vit, pas là d’où l’on vient !

Revenir sur ce principe, ce serait remettre en cause le fondement même de la citoyenneté, qui est la nationalité, pas la fiscalité !

Non à un nouvel impôt pour les citoyens français vivant à l’étranger

L’UMP et le PS proposent une nouvelle taxe pour les Français de l’Étranger en plus des impôts qu’ils paient dans le pays où ils vivent.
Nous sommes fermement opposés à cette mesure, et nous nous battrons pour défendre vos intérêts :

  • Nous rejetterons toute remise en cause de la double nationalité;
  • Nous nous opposerons fermement à toute idée de taxation des Français de l’Étranger;
  • Nous ferons passer un message clair aux politiques français : les Français de l’Étranger ne sont pas des exilés fiscaux, ils sont au contraire une chance pour la France et participent à son rayonnement !
  • Nous demanderons à remplacer, en cas d’expatriation, l’obligation de fermeture des PEA par une simple suspension des avantages fiscaux.

Faire reculer les premières mesures de taxations

Les Français de l’Étranger souffrent d’une injustice majeure. En effet, dans le cas où vous possédez une résidence en France, elle est taxée comme étant une résidence secondaire, avec les conséquences fiscales qui nous pénalisent (augmentation de la taxe d’habitation). Considérant que vos habitations en France ne sont pas un luxe inutile mais un lien vital avec nos racines et le reste de la communauté nationale, les résidences en France des Français de l’Étranger doivent être assimilées à une habitation principale.

L’article 17 du projet de Loi de Finances rectificative pour 2011 voulait instituer, à l’initiative de l’UMP, une taxe de 20% sur la valeur locative des logements des non-résidents… Apres les élections présidentielles, lors du débat sur la Loi de Finances rectificative, M. Jérôme Cahuzac, président PS de la Commission des Finances à l’Assemblée Nationale, a proposé une taxation spéciale pour les expatriés portant sur un taux de contribution de 5% sur les revenus dépassant 6 fois le plafond de la sécurité sociale.

Il faut nous mobiliser et faire pression sur le gouvernement, les partis politiques et les media, instaurer un véritable lobby des Français de l’Étranger pour faire reculer ces mesures et éviter que de nouvelles “fausses bonnes idées” soient proposées.

Retour en haut de page

Développer la protection sociale et garantir l’accès aux services publics

Les questions relatives à la santé et à l’accès aux soins sont au cœur de nos préoccupations. Contrairement à l’image d’Epinal dessinée à l’unisson par les partis, les Français de l’Étranger ne sont pas des profiteurs ou des exilés fiscaux. Certains sont dans des situations économiques difficiles. Il est donc important que la solidarité nationale s’exerce au-delà des frontières de la France. Peu à peu l’État a réduit les aides permettant que nos compatriotes les plus modestes puissent bénéficier d’une protection sociale.

La Protection Sociale

Au cours de ces dernières années, le nombre de Français de l’Étranger a augmenté de manière significative, en phase avec le développement de notre présence économique sur les marchés extérieurs. On observe notamment une recrudescence de jeunes à la recherche d’un stage ou d’un premier emploi. Ces jeunes diplômés sont souvent accueillis par des PME ou de grands groupes français implantés dans nos pays de résidence. Nombre d’entre eux n’hésitent pas non plus à créer leur propre entreprise.

Pour les uns comme pour les autres, disposer d’une bonne couverture médicale et autre protection sociale constitue une préoccupation importante. Notre pays a l’avantage d’offrir une large panoplie de solutions capables de répondre aux situations les plus diverses, qu’il s’agisse de l’assurance-maladie ou vieillesse.

L’objectif visé est ici de faire en sorte que tout Français de l’Étranger puisse avoir accès aux dispositifs publics ou privés lui permettant de faire face aux aléas de la vie.

En tant que Conseillers Consulaires, nous nous attacherons à :

  • Tout mettre en œuvre pour offrir l’accès à une Couverture Médicale Universelle à tous nos compatriotes en Floride et dans le monde, et à des conditions intéressantes;
  • Permettre aux jeunes d’accéder à l’assurance-maladie et de préparer librement leur retraite dans les meilleures conditions possibles;
  • Améliorer le dispositif en faisant appel aux nouvelles technologies, par exemple pour la présentation du certificat de vie qui permet aux retraités français de percevoir leurs pensions dans leurs pays de résidence respectifs;
  • Responsabiliser et expliquer à nos compatriotes de la circonscription de Floride les enjeux de leur protection sociale, tant pour eux-mêmes que pour la grande communauté de Français de l’Étranger à laquelle ils appartiennent;
  • Améliorer la coordination entre l’assurance maladie française et le système americain.

Assurance maladie

Nous souhaitons la mise en place d’une carte vitale pour tous les Français établis hors de France. Désormais, les retraités ont accès à cette carte vitale mais il faut élargir ce programme. Les étrangers résidant en France peuvent bénéficier de la carte vitale; il est donc légitime que les résidents français établis hors de France cotisant à la Caisse des Français de l’Étranger puissent également l’utiliser.

LA CFE

La Caisse des Français de l’Étranger (CFE) propose des tarifs prohibitifs qui empêchent beaucoup de Français d’y adhérer.

La Cour des comptes a estimé que la CFE se trouvait affaiblie sur un plan juridique et économique. Pour que nos compatriotes puissent bénéficier d’une protection sociale efficace il est essentiel d’en assainir la gestion et la gouvernance afin de traquer les dépenses inutiles et d’en réduire les coûts.

Nous souhaitons:

  • Une Caisse des Français de l’Étranger renforcée, directement liée à l’Assurance Maladie nationale;
  • Supprimer la rétroactivité pour les adhésions à la CFE et encourager l’adhésion immédiate des assurés;
  • Régler le problème de refus de la CNAV et des Caisses de retraites complémentaires d’accepter les relevés d’identité bancaires de l’étranger;
  • Créer un système d’affiliation volontaire au régime général de l’assurance vieillesse, piloté par la CFE.

La Retraite

Nous souhaitons permettre aux Français de l’Étranger d’avoir accès comme nos autres concitoyens Français à une retraite digne et paisible.

Pour cela, nous préconisons les actions suivantes :

  • S’harmoniser avec l’Europe : Les retraités Français de l’Étranger doivent fournir un justificatif d’existence à leur caisse de retraite chaque trimestre par la poste par lettre recommandée avec accusé de réception, alors que dans les pays européens cet envoi doit se faire une fois par an seulement;
  • Lutter contre la discrimination entre les Français établis hors de France et ceux de l’hexagone qu’entretiennent les Caisses de retraite complémentaires;
  • Demander l’acceptation des déclarations sur l’honneur par les Français établis hors de France pour le versement de leur retraite;
  • Alléger les contraintes administratives imposées aux retraités vivant à l’étranger;
  • Demander le remboursement aux retraités français établis hors Union Européenne des frais médicaux effectués lors de leurs séjours temporaires en France.

Allocation dépendance

Nous proposerons l’accès à l’allocation dépendance pour les retraités qui ont cotisé en France mais qui passent leurs retraites à l’étranger. Cette mesure a une dimension humaine importante. Elle répond aux préoccupations des familles installées à l’étranger qui souhaiteraient accueillir leurs parents à leur domicile ou dans une maison de retraite. Ceci aurait pour but de faciliter les regroupements familiaux et d’éviter aux personnes âgées dont la famille est à l’étranger de souffrir de la solitude.

Anciens Combattants

Là encore, de nombreuses améliorations sont possibles. Il s’agit de faciliter les démarches pour les seniors dont certains ont des difficultés de mobilité. Nous proposons :

  • L’amélioration des délais pour l’obtention des cartes et des pensions des Anciens combattants;
  • La lutte contre la discrimination dans l’imposition sur le revenu entre Anciens Combattants résidant en France et hors de France;
  • La participation des Conseillers Consulaires aux Commissions d’Entraide aux Anciens Combattants.

Retour en haut de page

Accompagner le Retour en France

L’information et les facilitations offertes pour le départ de France vers l’étranger sont encore trop éparses, et parfois trop générales sans relais à l’étranger. Par ailleurs, l’aide au retour fait grandement défaut, tout particulièrement pour les personnes en contrat précaire à l’étranger comme certains volontaires internationaux. Les Français de l’Étranger sont aussi pour partie très mobiles et peuvent régulièrement passer d’un pays étranger à l’autre. Cette mobilité est mal prise en compte par leurs administrations de référence.

En cas de rupture professionnelle, il faut protéger les familles et tout faire pour que les expatriés de Floride puissent bénéficier d’une certaine aide sociale. Le retour en France et la nécessaire réadaptation sont particulièrement difficiles à vivre. S’y ajoutent les complexes démarches administratives.

Enfin il est important que les parcours étudiants et professionnels à l’étranger soient mieux reconnus par les employeurs comme des atouts.

Nos propositions :

  • Mettre en place une rubrique plus détaillée “Retour en France” sur les sites du Ministère des Affaires Étrangères et de la Maison des Français de l’Étranger;
  • Créer un service d’aide à la mobilité avec un centre accessible à Paris et des relais d’informations dans les pays étrangers via les ambassades et les services consulaires. Il s’agit de renforcer le rôle du « guichet unique » qui est aujourd’hui à charge de la Maison des Français de l’Étranger;
  • Déployer un interlocuteur spécialisé dans les préfectures françaises;
  • Permettre le versement à l’étranger d’allocations chômage aux Français, salariés dans leur pays d’établissement mais ayant acquis des droits à l’assurance-chômage en France, dès lors qu’ils justifient auprès de l’administration consulaire d’une recherche d’emploi effective;
  • Renforcer les moyens destinés à l’action sociale à l’étranger, pour créer un fonds de soutien aux Français privés de revenus ayant pour fonction d’octroyer des aides correspondant aux minima sociaux sous forme d’avances remboursables pour des durées limitées (3 à 6 mois);
  • Créer un Fonds de Solidarité en cas de rapatriement forcé : les Français obligés de prendre le chemin du retour à l’intérieur des frontières hexagonales doivent pouvoir bénéficier d’un fonds d’assurance leur donnant un capital à leur arrivée en France et un accompagnement humain dans leur nouvelle vie, semblable au fonds de solidarité pour les victimes d’attentats;
  • Permettre l’attribution immédiate de la CMU de base à tous les expatriés français rentrant en France qui en auraient besoin;
  • Militer pour la revalorisation des moyens du Comité d’Entraide aux Français Rapatriés (CEFR) qui héberge dans des établissements pour personnes âgées un nombre croissant de nos expatriés sans ressources.

Retour en haut de page

Soutien aux Entreprises, accompagnement efficace des porteurs de projet

Nos entreprises sont, à l’international, le fer de lance de notre croissance économique, de notre savoir-faire technique et de nos valeurs entrepreneuriales. Cette dynamique rassemble les entreprises exportatrices, leurs établissements hors de France et des quelque 150 000 entreprises françaises de droit local. Alors que le déficit persistant et croissant de la balance commerciale de la France, atteint aujourd’hui 70 milliards d’euros, il est urgent de passer à la vitesse supérieure et de doter nos entreprises et porteurs de projets de tous les atouts pour contribuer à leur succès.

L’État accompagne actuellement 20 000 entreprises à l’étranger. Oséo, UbiFrance et la Coface proposent des outils pour les soutenir dans leur projet. Cependant, ces dispositifs ne sont pas toujours adaptés à la réalité du terrain et aux spécificités locales. Il faut aller beaucoup plus loin pour exploiter toutes les sources génératrices d’emplois et de croissance.

Nos entrepreneurs créent de l’emploi, de la richesse et les conditions d’une vie professionnelle, personnelle et sociale qui permettent de contribuer à l’épanouissement individuel.  Pourtant ils ne bénéficient pas d’un réel accompagnement. Ils prennent des risques et ont besoin de soutien et de solidarité.

Pour nos entreprises, nous nous engageons à :

  • Soutenir la création d’une fédération des entrepreneurs français à l’étranger. Ces décideurs pourront ainsi partager leurs expériences, leurs idées, leurs contacts, leurs réseaux pour gagner en efficacité et accélérer leur développement;
  • Créer un centre d’affaires francophone à Miami. Les entrepreneurs francophones pourraient s’y rencontrer et avoir accès à des vidéo-conférences, des traducteurs, des conseillers en stratégie, des avocats, des comptables, des spécialistes en marketing… Un centre d’affaires à Miami pourrait également ouvrir la porte aux marchés nord-américains et des pays des Caraïbes pour les entreprises françaises, sans qu’il ne soit nécessaire d’avoir un bureau dans ces pays;
  •  Solliciter Ubifrance pour organiser davantage de réunions pour le développement du marché nord-américain et des Caraïbes, à Miami et pas seulement à Paris;
  • Étendre les compétences des missions économiques et d’UbiFrance aux entreprises de droit local créées par des Français;
  • Assurer un accompagnement juridique, linguistique et humain des projets de création de TPE/PME;
  • Favoriser les synergies exportatrices entre les grandes entreprises et les PME;
  • Rester à l’écoute de nos entreprises exportatrices en France et de nos entreprises françaises à l’étranger, de leurs représentants et de leurs organisations, telles que les Chambres Françaises de Commerce et d’Industrie;
  • Porter auprès du Député des Français de l’Étranger et de nos institutions, la voix de nos entreprises Françaises en Floride, dont l’expérience, le dynamisme et les réussites méritent d’être davantage reconnues, valorisées et accompagnées.

Retour en haut de page

Emploi : faciliter le déroulement des carrières à l’international

L’ouverture à l’international est l’une des clés pour rester compétitifs en temps de crise. Il nous faut donc stimuler et soutenir la France et les Français en les aidant à s’ouvrir et être davantage mobiles.

Cela doit également se traduire par un accompagnement plus performant en matière d’emploi.

Nos propositions sont les suivantes :

Les VIE (Volontariat International en Entreprise) sont particulièrement efficaces et incitatifs pour les candidats à l’expatriation, comme pour les entreprises. Ce dispositif rencontre un certain succès en Floride mais mérite d’être encouragé et aménagé pour plus de visibilité et d’impact sur l’emploi.

  • Nous souhaitons que la mission économique du Consulat Général de Miami, le service économique de l’Ambassade de France et les Chambres de Commerce de Floride puissent apporter un soutien accru aux Français à la recherche d’un emploi grâce à la mise en place d’un site Internet où toutes les entreprises travaillant avec la France seraient référencées;
  • Les Chambres de Commerce pourraient d’autre part bénéficier d’une aide de l’État pour la mise en place de programmes de formation continue;
  • Étendre les fonctions des Comités Consulaires pour l’Emploi et la Formation Professionnelle;
  • Faire du VIE un moyen d’insertion internationale pour tous les jeunes actifs;
  • Créer un contrat post-VIE combinant à la fois une partie des avantages du VIE (exonération de certaines charges) et des caractéristiques du contrat d’expatriation;
  • Créer un VIE senior conçu sur le modèle du VIE pour les jeunes diplômés mais destiné aux salariés plus expérimentés;
  • Proposer via notre Député des Francais de l’Étranger, un crédit d’impôt pour les PME établies en France qui engageraient en CDI un jeune, un VIE ou un chômeur expatrié depuis au moins un an;

Au-delà des VIE, il existe d’autres pistes de travail qui peuvent aussi améliorer l’emploi. En ce sens, nous proposons de :

  • Développer l’apprentissage à l’étranger, dans le cadre de contrats de compagnonnage international, en faisant appel aux entreprises françaises;
  • Créer une bourse de l’emploi virtuelle en Amérique du Nord, accessible en ligne dans le cadre du service public de l’aide à l’expatriation et au retour en France;
  • Militer pour le droit des Conseillers à être informés par les Postes d’Expansion; Économique sur l’état des relations économiques et commerciales entre la France et leur pays d’accueil.

Elargir l’accès à l’audiovisuel français

Les médias français doivent permettre aux expatriés de Floride de garder un lien fort avec la France.

De nombreux Francais de l’Étranger que nous avons rencontrés nous ont demandé de faire avancer les choses sur ce dossier technique et juridique.

Dans nos rôles de Conseillers Consulaires, nous pouvons:

  • Défendre la présence de ces média sur tous les canaux : télévision, radio, presse et Internet;
  • Assurer une meilleure accessibilité des programmes audiovisuels français dans le monde, en imposant des normes techniques de diffusion et en garantissant la coopération entre media français et diffuseurs étrangers;
  • Faciliter l’accès à la culture française depuis l’étranger, en assurant un accès pour tous aux contenus numériques en France (achat de livres numériques, accès aux contenus des sites de télévision, retransmissions sportives, etc.) en débloquant les sites web géo-localisés pour les Français de l’Étranger inscrits aux consulats;
  • Encourager le developpement d’entreprises locales qui proposent des solutions techniques afin d’accéder à des programmes de l’hexagone;
  • Encourager les entreprises de services en ligne telles que Netflix et Hulu à acquerir davantage de contenu en Français pour le marché Américain.

Retour en haut de page

Relancer et organiser l’action culturelle française en Floride

A l’heure où l’influence culturelle de la France dans le monde est fortement malmenée par les pays Anglo-saxons, mais aussi par les pays Européens et l’Asie, il est essentiel de réagir rapidement en redonnant un nouvel élan à notre politique culturelle. Il faut aussi revitaliser notre capital universitaire et scientifique, et enfin donner ses lettres de noblesse à la francophonie.

Par notre action, nous souhaitons soutenir les artistes français résidant hors de France. Ils sont une richesse pour notre pays et contribuent au rayonnement de celui-ci. Nombreux sont ceux qui ont élu domicile en Floride. Chaque année, les membres de notre liste s’investissent pour faire vivre la culture française en Floride, que ce soit en produisant des artistes français en Floride ou en organisant un festival du film français.

La francophonie est un beau projet mais sa concrétisation est loin d’être une réalité. C’est une faute stratégique majeure car tous les pays qui ont la langue française en partage peuvent construire ensemble un avenir commun dans la mondialisation. En Floride, avec les communautés canadiennes francophones, haïtiennes, belges et africaines, les francophones représentent une force politique et économique non-négligeable, encore faut-il l’organiser et la faire vivre.

Afin de faire rayonner la culture française en Floride, nous proposons de :

  • Défendre et coordonner les Alliances Françaises;
  • Relancer l’Alliance Française de Miami sur des bases saines et viables;
  • Contribuer au déploiement prévu par la réforme engagée en 2010 : création d’un nouvel opérateur unique, l’Institut Français, qui a pour rôle de diriger et de mettre en réseau les services de coopération et d’action culturelle des Ambassades, les instituts français et les Alliances françaises;
  • Collecter et distribuer des milliers de livres en Français dans les bibliothèques municipales floridiennes;
  • Encourager la création d’un Centre de la Francophonie de Miami et des Caraïbes. En partenariat avec le Centre de la Francophonie des Amériques basée à Quebec, cette organisation locale interviendra auprès des communautés francophones dans les domaines de l’éducation et de la culture, le social et le développement économique et touristique;
  • Mettre en place une politique culturelle francophone efficace qui s’appuie sur les réseaux et infrastructures existantes. Le réseau international des instituts et alliances françaises doit devenir un espace d’accueil des artistes, intellectuels, et créateurs francophones;
  • Produire des artistes français de renommée en Floride;
  • Soutenir les festivals et évènements culturels qui font la promotion de la culture française tels que le festival FLA-FRA, le festival Miami Nice Jazz, le festival du film français, le Congrès de la Culture Française…

Retour en haut de page

Accompagner la Jeunesse à la mobilité internationale

Dans notre engagement politique, nous avons tenu à réserver aux jeunes toute la place qu’ils méritent. C’est pourquoi, en tant que candidats à l’élection des Conseillers Consulaires représentant les Français établis en Floride, nous avons composé une liste plus jeune que celle de nos adversaires.

De fait, nous nous engageons sur la mobilité internationale des jeunes, sur la jeunesse et l’entreprenariat, ainsi que sur le développement de l’acceuil de jeunes expatriés en entreprises Françaises ou Américaines de Floride.

La mobilité internationale est une chance unique de découvrir d’autres pays, peuples et cultures, d’apprendre une langue, d’acquérir de nouvelles compétences et savoir-faire, d’être plus compétitif sur un marché du travail de plus en plus tendu. Pour les jeunes actifs, une expérience à l’international peut être un véritable tremplin pour leur carrière.

Mais cette mobilité doit être organisée, accompagnée et valorisée pour être efficace.

Nos propositions en faveur des jeunes expatriés et candidats à l’expatriation :

  • Créer une véritable représentation, à l’échelle de la Floride, des jeunes entrepreneurs français; notamment en nous appuyant sur l’existant comme le Young Entrepreneurs & Executives (YEE) Club à Miami;
  • Créer un programme de rencontres mensuel entre jeunes décideurs francophones et jeunes décideurs américains;
  • Nous militerons activement auprès des politiques Français pour favoriser la mobilité des étudiants, notamment pour l’instauration d’un crédit d’impôt pour les entreprises françaises qui embaucheront en CDI un jeune expatrié ou VIE;
  • Améliorer les relations et renforcer les liens entre les jeunes et l’administration consulaire;
  • Soutenir les jeunes chercheurs et jeunes entrepreneurs français expatriés en Floride;
  • Améliorer la reconnaissance mutuelle des diplômes et soutenir les programmes d’échange d’étudiants et de professionnels.

Retour en haut de page

Créer un véritable réseau de Solidarité

Aucun d’entre nous n’est à l’abri du besoin. Or, notamment lorsque l’on est expatrié, on peut se retrouver rapidement esseulé face à des situations d’urgence. Les Français de Floride sont de plus en plus nombreux. Nous sommes suffisamment pour créer un véritable réseau de solidarité qui viendra en aide à ceux qui en ont besoin.

Ce réseau de solidarité se traduira par :

  • La création d’une association « Solidarité Français de Floride »;
  • La constitution d’un annuaire de contacts utiles pour chaque région de Floride;
  • L’organisation d’évènements de charité pour nos compatriotes dans le besoin;
  • Une permanence téléphonique et un suivi par courrier électronique mis en place par notre équipe;
  • La collecte et la distribution de fonds pour l’achat de matériels à des handicapés, le financement d’opérations coûteuses, la collecte et la distribution de matériel (aide alimentaire, mobilier, appareils électroménagers, lunettes, soins dentaires, fournitures scolaires, achats de médicaments…) ainsi que des secours à des Français en situation de précarité ou victimes de violences.

Au-delà de ce réseau, nous nous engageons sur les points suivants :

  • Nous souhaitons que la solidarité sociale nationale s’exprime aussi envers les Français de l’Étranger;
  • Nous nous battrons pour faire valoir la vérité dans les média Français, à savoir qu’il y a trois fois plus d’expatriés français en situation de précarité que d’exilés fiscaux, et que près de 80% des entrepreneurs venus tenter leur chance rentrent un jour en France;
  • Nous proposerons la création d’un numéro vert international d’écoute, de conseil et de mise en relation, en Français et en Anglais, consultable en cas de difficultés;
  • Nous solliciterons les Députés afin de créer une aide d’urgence spécifique aux Français de l’Étranger. Cette aide accordée ponctuellement pourrait permettre de réduire significativement le nombre de retours précipités vers la France;
  • Nous proposerons la construction d’un véritable service public consulaire de solidarité pour nos concitoyens en situation de détresse et nous assurerons que les fonds d’urgence sont utilisés efficacement. 

Des mesures de Sécurité efficace en cas de catastrophes naturelles

Les Français de Floride sont soumis aux mêmes difficultés sociales et économiques (maladie, invalidité, chômage, dépôt de bilan…) que nos compatriotes en France. Leur présence dans le Sud-Est des États-Unis les expose en plus, à des risques spécifiques, notamment climatiques. La sécurité des Français de Floride est une de nos principales préoccupations.

Avec plus de 2 000 kilomètres de long, la Floride est l’État qui possède la plus grande superficie cotière le long de l’Océan Atlantique et le Golfe du Mexique et le rend donc particulierement vulnérable en cas d’ouragans et de tempêtes tropicales.

D’après les données du National Hurricane Center, 40% des ouragans enregistrés depuis 1851 ont impacté la Floride, ce qui représente un total de 114 ouragans.

En 2013, il s’agissait de la 8ème année consécutive sans qu’un ouragan ait touché l’État, ce qui est un record absolu. Le dernier ouragan connu sur nos terres était Wilma, en 2005. Ce calme apparent donne de mauvais habitudes aux Floridiens qui ne se préparent plus suffisamment pour ce genre de situations climatiques, qui finiront tôt ou tard par se reproduire. Depuis 2006, 8 tempêtes tropicales se sont abattues sur la Floride. Moins meurtrières que les ouragans, elles restent très dangereuses et créent des dégâts considérables, surtout quand elles s’accompagnent de tornades.

Le Consulat Général de France à Miami gère un système d’îlotage, chargé d’assurer le relais avec la communauté française en cas de crise ou pendant les ouragans. Ce système fondé sur le bénévolat et la solidarité entre nos compatriotes a montré ses failles et ses limites lors des récentes crises dans d’autres regions du monde.

Il est urgent d’agir et nos propositions sont les suivantes :

  • Redéployer le réseau d’îlotage local et le doter de moyens techniques suffisants et adaptés;
  • Communiquer régulièrement la liste des chefs d’ilots ainsi que des informations pratiques sur les mesures à prendre en période d’ouragans;
  • Tenir informé les Français de la circonscription de la formation et du risque d’ouragans et de tempêtes tropicales dans les meilleurs délais;
  • Ouvrir les discussions avec l’Assemblée des Français de l’Étranger pour la création d’un fonds d’indemnisation en cas de catastrophe naturelle;
  • Solliciter le Député des Français de l’Étranger afin qu’il fasse une proposition de loi d’indemnisation des biens professionnels et personnels du fait de catastrophes naturelles en complément de ce que proposent les assurances locales;
  • Militer pour augmenter le budget alloué à la Maison des Français de l’Étranger et au Centre d’Entraide aux Français Rapatriés, et faire connaître leur mission et services auprès des Français de Floride;
  • Proposer que le Centre De Crise (CDC) du Ministère des Affaires Étrangères possède un contact formé dans chaque consulat ou bien que des volontaires soient formés par le CDC.